Molière serait-il rouge de honte ?

Quand j’allume la radio, mon ouïe suinte le sang. A qui la faute ? Aux artistes francophones ne racontant plus rien d’intéressant. J’avais déjà détruit Roméo Elvis et ses messages vides et dispensables. Désormais, citons quelques merveilles artistiques. Rassure-toi Molière, il existe encore de vrais paroliers.

Anat Moshkovski & Shuzin

Anat Moshkovski questionne sa monade. L’Israélienne écrit une lettre d’amour à l’unité et essence de son esprit profond. C’est beau, simple et entêtant.

Ma jolie monade. Tu changes l’histoire de ma vie. Tu sais, je sens. Tu colles les nuages.
Parfois j’oublie que je t’aime…

Tim Dup

Tim Dup sort son quatrième album cette année. Les Immortelles empoignent des sujets qui concernent tout un chacun : l’état climatique, la fatale mortalité et l’introspection pure.
‘Si je m’écoutais vraiment’ apparaît comme son morceau le plus ludique. Le chanteur liste ses envies premières, ses puissants désirs. Il invite à réfléchir sur nos actes… me rappelant ma détestation pour les effets de mode !

Si je m’écoutais vraiment. Je ferais tomber les clés. Déserterais la ville.
J’irais perdre mon temps. Au profit de l’exil.

Bleu Reine

Le clip de ‘Comme un seul homme’ fut tourné dans les ruines d’un prieuré, à la forêt de Compiègne. En termes de sonorités, Bleu Reine joue un folk à la fois calme et angoissant. Une vive impression frappe mon esprit. La chanteuse semble sacraliser une sainte paix pour tous les peuples. Ce message devient un hymne.

On se rendra comme un seul homme. On changera la donne.

Pomme

Pomme réunit deux ambiances. Noirceur et innocence. Voici deux sujets qu’elle met en image via le clip de ‘jardin’. On y a aperçoit des enfants dont l’apparence fait écho à l’univers de Tim Burton. A quoi s’ajoute la patte de la musicienne. La douceur et le phrasé de Pomme rendent sa musique super accessible.

Pourquoi j’y pense encore ? Y a quoi de mieux avant ? À part les rires en farandole. À part l’été qui me console. Qu’est-ce qui me manque tant ? Pourquoi j’y pense encore autant ?
Y a quoi de mieux avant ?

Disiz

Le rap véhicule souvent des vérités. Quand les bien-pensants croient savoir tout sur tout, au sujet de l’insécurité des banlieues, l’immigration de masse, les médias traditionnels, arrivent alors Nekfeu, Damso et Disiz pour remettre les pendules à l’heure.
Ce dernier livre ‘Extra-Lucide’ en 2012. Le texte parle de l’artiste, de son rapport à l’art. Aujourd’hui, méditer sur ses sages paroles n’est point futile.

Depuis gosse, je m’ennuie, dans la rue, à l’école. Pourtant, y’a plein d’pistes, mais jamais ça décolle. Pour ça qu’je déconne, pour ça qu’je décode. Ce monde crypté qui rend fou, qui rend folle. Cherche le signal, les cœurs en paraboles sont parasités car à hauteur d’homme. Grandi en cité, Banlieusard-Gentilhomme. Ils avaient tracé mon destin, j’ai trouvé la gomme.

DRAMA – texte et photo

Laisser un commentaire