Musique

LA DURE A CUIRE #107

La Dure à Cuire est un concept né en 2018. Commentons l’actualité rock de la moins douce, à la plus brutale. Puis, écoutons sa playlist homonyme !

Idles

Idles a su fédérer via ses textes engagés. Aujourd’hui, de nombreux mélomanes critiquent un message trop simpliste se résumant à love is the thing… je m’en bats les couilles ! Le quintet livre des textes toujours audibles, sublimés par des instrus de malade.

Slomosa

Pleased to meet you, I hope you find your head. Come around dog, this is not what I am.

Raketkanon

La disparition de Steve Albini ne laisse pas indifférent. On pourrait écrire des pages et des pages au sujet de l’ingé son. Mais du son vaut mieux que 1000 mots. C’est pourquoi, le second album de Raketkanon rappele à quel point le personnage mixait du lourd.

brunoaleas

LA DURE A CUIRE #106

La Dure à Cuire est un concept né en 2018. Commentons l’actualité rock de la moins douce, à la plus brutale. Puis, écoutons sa playlist homonyme !

Habibi

Your words playing in my head. It feels just like a dream, one I can’t let go.

Sir Edward

À la croisée, du krautrock et de la pop, la formation rennaise envoûte et offre une transe énergisante. Voici ce qu’on lit dans le dossier de presse de Sir Edward. Nous, on plane.

Porches

Ambiance MTV. Accords accrocheurs. Voix saturée et décomplexée. Porches défonce tout, sans aucun doute. Merci à Julian Casablancas de l’avoir mis en avant sur sa page Insta !

brunoaleas

L’aide des Beatles

Tonnerre de Brest ! J’ai 27 piges. Toujours présent. Il m’arrive de blaguer sur mon âge. Je croyais rejoindre la liste des 27, comme tant d’artistes que j’admire. Me voici, toujours vivant, toujours la banane, arborant des cheveux blancs démultipliés par cent. Maintenant, j’aimerais savoir… que reste-t-il de l’enfant que je fus ?

Je ne le cache pas. Certains musiciens marquent mon esprit à jamais. Nirvana, Muse, Calogero, Damon Albarn, Elliott Smith, Jovanotti, The Mars Volta, Verdena, The Strokes, Arctic Monkeys, King Krule, Mike Patton, Radiohead, Mina, Jeff Buckley, Coldplay, Matthieu Chedid, Lucio Battisti, The Cranberries, Jack White, etc. La liste est longue.

Mais un quatuor berce mes oreilles chaque année. J’aime redécouvrir leur discographie, à n’importe quel moment. The Beatles est l’un des meilleurs groupes au monde. J’écris la phrase au présent car leur musique est toujours d’actualité.
Doit-on encore prouver à quel point leur influence est incommensurable ?! Plusieurs éléments inspirent encore aujourd’hui de nombreux artistes : leur carrière prolifique, leurs changements artistiques, leur soif de curiosité !

Comment aborder cette richesse musicale ? Help! est leur cinquième disque. Ses morceaux fêteront bientôt 60 ans. Citons-le comme l’album des premières fois : ‘Ticket to Ride’, premier morceau à durer plus de 3 minutes, ou bien même, ‘Yesterday’, où l’on entend enfin plus de 4 instruments. Chaque morceau est empli d’une énergie joviale. Chaque morceau rappelle la fougue des Scarabées. La critique signe et valide.

Je garantis que ce LP est le remède idéal contre la dépression. -New Musical Express (1965)

Ces mots sonnent vrais. Certes, la première chanson est un cri de détresse. Néanmoins, la particularité propre à ‘Help!’, et à l’opus éponyme, se résume à son ambiance joyeuse. Les Britanniques posent leur douleur sur le papier, en déployant une énergie solaire. Le producteur George Martin – souvent considéré comme le cinquième membre du groupe avoue pourtant sa crainte. Il redoute que la bande soit à plat, que la recette ne peut durer. Une peur aperçue dans ses mémoires. Une peur très vite éclipsée : Ils m’ont donné tant de grandes choses que je ne dois pas m’attendre à ce qu’ils continuent. Mais ils l’ont fait. Leur fertilité m’a stupéfié.

Le plus frappant se remarque quand la fiction dépasse la réalité. John Lennon déclare le fond de sa pensée : J’ai écrit ‘Help!’ parce qu’on me l’a demandé pour le film (ndr : une comédie musicale réalisée par Richard Lester, 1965). Mais ensuite, j’ai vraiment su que j’appelais à l’aide… cette folie des Beatles dépassait la compréhension. Je mangeais et je buvais comme un cochon… j’étais un porc, pas satisfait de moi-même, et inconsciemment, c’était un appel à l’aide. C’était ma période gros Elvis.

Antonio Gramsci serait fier ! L’auteur écrit qu’il faut avoir une parfaite conscience de ses propres limites, surtout si on veut les élargir. Faut-il applaudir les artistes capables de se livrer, doués pour casser le monde des strasses et paillettes ? Sûrement. Encore plus lorsqu’on connaît le parcours du guitariste, une fois The Fab Four séparés.

Alors, que reste-t-il d’hier ? Un album indémodable ? Un mélomane indétrônable ? Il subsiste une époque touchée par la grâce d’une mère. Une mère prête à laisser tourner les chansons des Beatles, pour accueillir joie et bonheur dans un salon. Si les cultures ont tendance à me sauver, cette personne ne s’effacera jamais de mon cœur. Grazie mamma !

brunoaleas – Photo ©Alamy

Idles et son ossature

Mon meilleur ami est alien. Lui-aussi porte sa croix. Mais rien ne l’arrête ! Il participe aux manifestations et élève sa voix. Bizarrement, il aime charmer un peuple, même s’il ressent des difficultés pour se débrouiller, à cause des barrières linguistiques, du manque d’argent, de sa couleur de peau. Il capte très vite le fonctionnement du système. Pour l’instant, la vie se résume à 2 actions : amasser de l’argent et trouver un emploi. Bref, se faire chier.

L’alien nous accepte. Il sait que l’envie de profit n’effacera pas son empathie. Autour de lui, les gens ne pensent qu’au pognon. Il peut comprendre… mais personne ne veut le comprendre. Il sait juste qu’il doit faire face à un ennemi plus creux qu’une coquille vide. Nous ne nommerons pas ses ennemis. Définissons une réalité, voici l’Europe gangrénée par un venin vieux comme le monde.

L’extra-terrestre s’en bat les couilles. Il préfère écouter des chansons punk. Il assiste alors à un concert mémorable. Les mélodies sont plutôt sophistiquées. Les musiciens sonnent vachement bien. Ils possèdent du beau matos sur scène. L’alien entre dans un pogo et sniffe sa sueur. Il endosse l’ossature d’Idles. Qu’est-ce que ça signifie ? Qu’il embrasse la philosophie du groupe. Elle pousse à réfléchir. Leurs paroles ne sont pas complexes. Elles décrivent ce qui mène au chaos. Comment le prouver ? Ecoutez ‘Danny Nedelko’.

Fear leads to panic. Panic leads to pain. Pain leads to anger. Anger leads to hate.

Le petit homme vert retourne chez les siens. Il sait désormais qu’il faut assumer une évidence… les politiciens ne sauveront rien, tant qu’ils mêleront la peur à leur propagande. Puis, ça se sait, les illuminés respectent une stratégie : diviser pour mieux régner. Des mots terrifiants. Des actes inacceptables. Néanmoins, restons optimistes ! La vie ne se résume pas à 2 actions. Ne perdons pas le goût de la confrontation, le désir de dialoguer. Là-bas, dans l’espace, ils chantent déjà comme Joe Talbot.

He’s made of bones, he’s made of blood. He’s made of flesh, he’s made of love. He’s made of you, he’s made of me. Unity.

brunoaleas – Illustration ©Selçuk Mutlu / Il faut que tu respires (2011), 70 x 100cm, huile sur papier (courtesy of Espace 251 Nord)

We Hate You Please Die, parlons émotions

Quand on devient sensible, quand on aimerait exprimer ce que traverse le cerveau… mettre des mots sur ses émotions est salvateur. Ensuite, la vie serait vraiment plus simple ? Réponses d’un groupe de Rouen.

We Hate You Please Die est une bande punk, active depuis 2017. Lorsque je découvre leur titre ‘Adrenaline’, mes yeux s’arrêtent sur les paroles. Euphorie, âme, ces sujets chantés sont souvent fascinants. La première question frappant mon esprit se réfère à l’adrénaline. L’hormone parfois recherchée lors de situations tendues. Je contacte alors le trio pour savoir si c’est une bonne chose de ressentir l’adrénaline sur scène. La réponse fut franche et directe.

Evidemment. Ça aide à se déstresser, à se motiver, à donner le meilleur de soi-même à chaque concert. Si on ne sait pas trop la gérer, ça peut nous faire accélérer les tempos des morceaux mais c’est intéressant d’apprendre à gérer ça au fur et à mesure. Et puis, globalement, si on avait jamais d’adrénaline, la vie serait bien triste.

Pour les personnes trop paumées, trop larguées, en inadéquation avec leur époque, dialoguer n’est parfois pas l’action la plus aisée. Dès lors, une interrogation se pose. S’exprimer au sujet de ses émotions, ça s’apprend ou pas ?

Oui, mais ça ne devrait pas. Quand on est enfant, on nous apprend les émotions simples, à mettre des noms dessus. Puis, en grandissant on est de plus en plus contraint.e à garder tout ce qu’on ressent pour soi-même, à paraître en permanence maitre.sse de ses émotions et à ne pas avoir de faille. Du coup, il faut désapprendre cette pudeur, parce qu’elle nous bloque et nous renferme sur nous-mêmes, alors qu’en vrai, il faut dire aux gens qu’on aime qu’on les aime, et aux connards, de rester loin.

brunoaleas – Photo ©Charlotte Romer

LA DURE A CUIRE #105

La Dure à Cuire est un concept né en 2018. Commentons l’actualité rock de la moins douce, à la plus brutale. Puis, écoutons sa playlist homonyme !

Shellac

Steve Albini nous quitte à l’âge de 61 ans. Cet homme bossa sur In Utero, Surfer Rosa, Rid of Me. Désormais, il laisse derrière lui une tonne d’albums incroyables. Leur particularité ? Leurs sonorités sont bruts de décoffrage. Le style de l’ingé son est à la fois balèze et reconnaissable. Le second album de Raketkanon prouve qu’il réalisait souvent un sacré mixage. Il temps de l’honorer. Ecoutons un morceau de Shellac !

Bring Me The Horizon

We are the children of the devolution. The infamous martyrs, the scars on the sun. Asphyxiating with a smile on your face. While they pull your teeth out, one by one.

King Hannah

Big Swimmer donne son nom au nouvel album de King Hannah. Ce disque parle de résilience. Même à contre-courant, il faut continuer à nager, ne jamais renoncer à ses idéaux.Hannah Merrick

brunoaleas

LA DURE A CUIRE #104

La Dure à Cuire est un concept né en 2018. Commentons l’actualité rock de la moins douce, à la plus brutale. Puis, écoutons sa playlist homonyme !

Cosse

On est au début d’une carrière. On n’a pas envie de s’enfermer dans quelque chose. On voulait ouvrir des branches pour ne pas se coincer dans un genre. Ce qui a beaucoup changé, c’est aussi le fait de partir 2 semaines en studio avec un producteur. Il y a eu une vraie recherche pour chaque morceau de chaque son de guitare, chaque son de snare… à chaque morceau, on s’est creusé la tête pour savoir comment sonner.Nils Bö, chanteur-guitariste de Cosse

Billie Eilish

Billie Eilish est une dure à cuire. Son titre ‘Lunch’ prouve à quel point son attitude pue la classe.

Loons

On ne va pas s’mentir, le retour de Loons claque sa grand-mère satanique. Fidèle à leurs premiers sons, le trio maîtrise la disto !

brunoaleas

LA DURE A CUIRE #103

La Dure à Cuire est un concept né en 2018. Commentons l’actualité rock de la moins douce, à la plus brutale. Puis, écoutons sa playlist homonyme !

Sunnata

Les Polonais de Sunnata partagent un son massif et imposant ! Le stoner peut vite sonner redondant mais le quatuor apporte une touche plutôt singulière.

Jim Ballon

Les textures s’étirent vers l’infini. Voici ce qu’on lit sur Capsule Collectif. Quel beau descriptif pour le psychédélisme de Jim Ballon !

The Libertines

The Libertines n’est plus si balèze. Il faut passer la main. Pourquoi composer des chansons sans réelles envolées artistiques ? Lorsque Pete Doherty se la jouait Serge Gainsbourg, l’intérêt fut plus grand…

brunoaleas

Musique, politique, fusion compliquée ?

Année 2000. 3 couplets. 3 refrains. Rage Against The Machine pénètre les esprits en interprétant ‘Sleep Now in the Fire’. Les paroles dénoncent le système capitalisme et rappellent 2 catastrophes américaines (Vietnam et Hiroshima). Cerise sur la gâteau, pour magnifier sa colère, le groupe donne un concert aux abords de Wall Street, filmé par le réalisateur Michael Moore !
Les membres ne stagnent pas sur place. Les forces de l’ordre commencent à s’agglutiner. Les musiciens se hissent alors sur une statue de George Washington. Conséquences ? Michael Moore et le bassiste Tim Commerford sont coffrés. Quant à la Bourse de New York, elle annonce sa fermeture pour la fin de journée, 2 heures plus tôt qu’à l’accoutumée (une première depuis le krach de 1929). Quelle époque. Quel culot.

Aujourd’hui, qui oserait réaliser une telle action ? Les artistes engagés existent toujours, heureusement. L’humoriste Aymeric Lompret, parrain des mal logés. Zerocalcare dessinant les préoccupations locales et internationales. Les photographies de Marjorie Goffart. Jérôme Colin, auteur ému face aux souffrances juvéniles. Adèle Haenel qui politise son arrêt du cinéma. La liste est longue.
Mais qu’en est-il de la musique actuelle ? Plusieurs noms me viennent en tête : Idles, Médine, Pomme, Caparezza, OrelSan, Nekfeu, Giancane… mais franchement, personne n’arrive à la hauteur de Rage Against The Machine (je vous laisse découvrir le pourquoi du comment).

Faut-il désespérer ? Jamais. L’espoir fait vivre. Un phénomène offrant joie et énergie se nomme ‘le chant’. Il est primordial de savoir qu’on peut s’engager en chantant, sans étudier le solfège, sans oreille absolue. Comment s’en rendre compte ? En allant manifester. Des chants s’organisent de A à Z, bien avant de marcher tous ensemble dans les rues. Mehdi Salhi détaille le modus operandi.

M. Salhi à la marche contre le centre fermé de Vottem. – ©Mouche (avril 2024)

Dans la composition du chant, il y a 3 éléments à avoir en tête : l’idée politique, le rythme et des gens capables de chanter une idée simple, facile, reconnaissable. Dans la plupart des manifestations, il est important d’avoir une réflexion collective avec tous les militants autour de toi. Savoir quel message va percer, comment l’organiser.

L’homme de gauche creuse sa pensée. Mélomane, il aime lancer des chansons en manifestation. Il cite les Français, quand ils criaient contre la réforme des retraites : Pas de retraités sur une planète brûlée ! Si on voyage un peu plus loin, la vision de l’Afrique du Sud se présente tel un modèle pour se réapproprier les rues. Mehdi Salhi le constate sur les lieux, aux côtés de Peter Mertens, ancien président du Parti du Travail de Belgique.

En Afrique du Sud, le peuple chante tout le temps dans toutes leurs manifs. C’est devenu une identité sociale. C’est ultra fort. Leur façon de faire date de leur lutte contre l’apartheid. On doit s’inspirer des sudafricains. Ils avancent, dansent et chantent ensemble. Quelle leçon ! Il n’y a qu’à voir leurs manifs durant les années 90, c’est bien plus impressionnant que les nôtres.

Il aimerait aussi expérimenter une activité : se calquer sur les pratiques des supporters de football. Les ultras (fanatiques de foot) ne sont pas des exemples de vertus. Néanmoins, chanter comme ils le font dans les stades serait une manière de faire vibrer la rue, selon Mehdi Salhi.
L’espace public ne doit pas incarner le pouvoir autoritaire d’une certaine élite politique… le peuple doit symboliser un contre-pouvoir, vu que les médias traditionnels ont du mal à l’être. Un réflexe à adopter, surtout face aux systèmes étouffants, absurdes et inégalitaires. Mehdi Salhi désire défendre les jeunes. Il espère un avenir débarrassé des désillusions. Et nous ? Sommes-nous prêts à militer en composant de nouvelles mélodies ? Bien sûr ! La musique est à la portée de tout le monde.

brunoaleas – Photo bannière ©Gie Knaeps

Joann Sfar, idiot utile de trop ?

L’Amour est le Message. J’espère promouvoir cette pensée à travers mes écrits. Pourquoi ? Nous vivons des heures sombres. Pourquoi ? Nos sociétés se percutent, s’entrechoquent, se saignent pour glorifier des idées meurtrières. S’il fallait donner un et un seul exemple, parlons de la Palestine. Juste après la Seconde Guerre mondiale, son peuple s’engouffre dans une lutte infernale pour faire valoir ses droits. N’oublions pas. 1948, l’exode de plusieurs Palestiniens…

Aujourd’hui, d’autres chiffres terrifient à tout point de vue. Gaza est hécatombe. Selon l’Organisation des Nations Unis, on y compte plus d’enfants tués en 4 mois, qu’en 4 ans de conflits dans le monde. Il est temps de condamner Israël. Destituez ce Netanyahou fasciste. Remettons en question les propos de Joann Sfar. Récemment, l’auteur français publie Nous vivrons, une enquête sur l’avenir des juifs.

Je ne déteste pas ce dessinateur. Il est important de l’écrire. La haine est un frein toxique pour tout un chacun. Par contre, même s’il prône le dialogue avec les peuples, même s’il souhaite l’espoir d’une cohabitation possible… quelle tristesse de ne pas citer les actions insupportables d’un Etat israélien extrêmement belliciste ! Au sein d’espaces médiatiques, Joann Sfar se présente, non pas comme géopoliticien, mais comme alarmiste. Les tensions entre juifs et arabes existent et existeront encore et encore. Surtout si personne n’arrête le Hamas et les personnes finançant ces terroristes ! Pour quelle raison l’artiste ne pointe pas du doigt la probable implication israélienne ?

Pour empêcher la création d’un Etat palestinien, il faut épauler ceux qui soutiennent le Hamas et lui transfèrent des financements.

Voici ce qu’aurait affirmer Benyamin Netanyahou, lors d’une réunion des parlementaires du Likoud (2019), d’après The Observer (2023). Autre information provenant du même journal, dans les médias israéliens, un représentant du ministère de la Défense certifie qu’à terme, Gaza ne sera plus qu’une ville de tentes, sans aucun bâtiment.

Par honnêteté, j’avoue un détail important… je n’ai pas lu Nous vivrons. Néanmoins, la promo orchestrée par Joann Sfar mérite un article, cet article ! Car l’individu passe pour un idiot utile. C’est-à-dire, une personne qui sert, involontairement, une cause qu’il ignore, contredisant parfois ses convictions profondes. Je ne peux pas définir Joann Sfar de la sorte. Pour l’instant, je constate qu’il semble nier la réalité palestienne… mais je ne veux être aucunement insultant envers une personnalité aussi engagée, aussi pacifiste, se rendant compte qu’il est de plus en plus rude de débattre avec les 2 populations.
Donnons une chance à la paix. Il est difficile d’être juif en France, Joann, ça se comprend. Cependant, le passé éclaire le présent.

brunoaleas – Photo ©Antonino Caruana

LA DURE A CUIRE #102

La Dure à Cuire est un concept né en 2018. Commentons l’actualité rock de la moins douce, à la plus brutale. Puis, écoutons sa playlist homonyme !

Willow

Tant de points à souligner, tant d’observations à écrire… Willow surprend encore et encore. Ses notes de piano, sa voix, sa rage, trop de points forts ! Impossible de ne pas être séduit par l’univers de l’artiste.

Pretty Inside

Pretty Inside épate au sein de l’écurie bordelaise, Flippin’ Freaks. Est-on en train de voyager dans le temps en écoutant le groupe très 90s ? Sommes-nous en train de déterrer nos guitares pour fuir nos métiers de merde ? Arrêtons là. On pourrait se poser quelques questions… ‘Big Star’ rappelle qu’une simple ballade sert à émouvoir.

L’Ombra

Fans des Mars Volta, réveillez-vous ! L’Ombra joue une musique complexe et recherchée. Mes oreilles souhaitaient écouter de telles sonorités. Pourquoi ? Pour s’éloigner des standards radiophoniques, ultra ennuyeux.

Ferielle

Pop. Francophone. C’est la deuxième fois qu’on cite Ferielle. La chanteuse joue des tours à son ex-amoureux. A découvrir en matant son clip ‘riviera’ !

brunoaleas

Quelques lettres sur un bout de papier

Vit-on aujourd’hui dans un monde où l’oral prime sur l’écrit ?

Aujourd’hui, l’art oratoire semble dominer tandis que l’écrit, lui, paraît subir un vrai déclin. Que dire du manque d’intérêt que peut susciter la lecture et de sa diminution chez les jeunes, alors que ces derniers se ruent devant des vidéos YouTube où seuls l’oral et la vidéo comptent ? Que dire du langage SMS ou du niveau d’orthographe en baisse depuis quelques (longues) années ? L’écriture est-elle morte aujourd’hui parmi la jeune génération ?

Écrire et inventer des histoires est ma passion depuis aussi longtemps que je m’en souvienne. Cependant, cet attrait pour l’écriture ne me semble pas être majoritaire dans ma génération. Comme si devenir influenceur ou star des réseaux était plus un rêve partagé actuellement que de laisser une petite trace écrite dans l’histoire.

Pourtant, à l’origine, c’est par l’écrit qu’un nombre incalculable de savoirs ont été partagés, c’est l’écriture qui a révolutionné l’histoire de l’humanité et permis au monde d’évoluer. Être capable d’écrire était source de savoirs il y a encore quelques temps de ça et les poètes étaient des gens reconnus il y a encore quelques décennies.

Mais quelques lettres sur un bout de papier ou un autre support est-il maintenant quelque chose de dépassé à l’heure où Netflix et YouTube semblent dominer notre monde avec la vidéo, à l’heure où lire des classiques semblent être une corvée scolaire plutôt qu’un choix que l’on fait ? Malgré le pessimisme qui peut ressortir de ce texte, je tiens à vous dire que tout n’est pas perdu. Quelques irréductibles membres, de ce qu’on pourrait appeler jeunesse, cultivent encore ce goût pour l’écriture. Que ce soit par le journal de ma fac ou par les rencontres faites avec Scan-R, je me rends compte que l’écriture n’est pas morte et que s’appliquer à écrire est encore important pour certains.

Alors prenez tous un crayon ou un Bic et gravez sur le papier ou même sur un ordi ce que vous voulez exprimer et qui parfois, vaut 1000 images.

Emma Muselle – Photo ©brunoaleas
Texte écrit lors d’un atelier Scan-R