pino3

Pinocchio

Quel dommage de ne pas avoir vu Pinocchio au cinéma ! Je m’imaginais déjà aux Grignoux. Après avoir bu ma bière au café hipster. Avant de m’embarquer dans un monde fantaisiste.

Le livre de Carlo Collodi (1881) voit encore une adaptation sur grand écran ! Ma curiosité est plus forte que moi. Si elle n’est pas diffusée en salle, je ne me prive pas de la voir dans mon salon. Je suis de nouveau face à un Geppetto construisant une marionnette. Un pantin qui prend vie. Il se nomme Pinocchio et désire devenir un véritable petit garçon.

Du point de vue de la mise en scène, et de la direction d’acteur, l’œuvre de Matteo Garrone est spectaculaire. Un sentiment d’évasion nous suit dans un tas de séquences. Des paysages italiens. Des maquillages d’animaux anthropomorphes. La démesure est alors mêlée à l’enfance. Le baroque et le macabre transpirent de l’esthétique de l’univers. Impossible de ne pas penser à Guillermo del Toro (Hellboy, Le Labyrinthe de Pan) qui, lui aussi, favorise les matériaux à la place du numérique. Autant l’écrire : quel plaisir des yeux.

scen_11
Malgré tout, le cinéaste italien ne propose pas un schéma qui sort du lot. Sa féérie et sa sombreur ne rendent pas le scénario plus que classique. On a encore affaire à un conte à plusieurs morales. 2020 ou pas, on visionne le parcours de Pinocchio qui souhaite s’amuser comme les autres enfants. Il fait moult erreurs de naïveté. Il enchaîne des bêtises infantiles. Et la plupart du temps, le surnaturel l’attrape et l’amène à la dureté du quotidien.

Alors oui ! C’est émouvant. Ca regorge de sagesse. Le réalisateur dépeint la pauvreté, où l’entraide illumine les protagonistes. Par contre, ne sommes-nous pas dans du « déjà vu » ?

Saluons tout de même l’exercice cinématographique. Le long métrage nous rappelle ô combien il est difficile d’adapter une histoire aussi vieille.

C’est une histoire qui se lit de mille manières, avec mille interprétations. La mienne se concentre sur la grande histoire d’amour d’un père et d’un fils. Ensuite, il y a aussi l’histoire d’un enfant faible contre les tentations, qui fuit l’ordre et poursuit les plaisirs, un enfant comme tout le monde (…)
Le défi était de créer une œuvre qui pourrait à la fois surprendre et enchanter.
Matteo Garrone

Pinocchio de Garrone surprend à moitié…
Tout en demeurant un fabuleux spectacle visuel et une leçon de vie intemporelle.

DRAMA

Spread the love

Laisser un commentaire