52839025

Paprika, l’animation des rêves

L’animation n’est pas un genre.

Le policier, la science-fiction, le fantastique en sont. Ils traitent de thèmes précis. Mais chaque film animé varie selon ses sujets, ses propos, son histoire. Comparez un Miyazaki (Princesse Mononoké) et un Wes Anderson (L’île aux chiens), et vous constaterez leur différence. Ils viennent tous deux de planètes artistiques lointaines et étrangères.

L’image animée, c’est une technique, un outil. Ainsi, elle permet de façonner des œuvres aux formes diverses. Mais alors que le couteau tranche et que le marteau enfonce le clou, une question se pose : que fait l’animation ?

Le dessin animé consiste en une image créée de toutes pièces. Par conséquent, il se déconnecte de la réalité pour entrer dans l’évasion. Ainsi, on explore, ou erre dans des lieux nouveaux. Et c’est pour cela que l’animation, plus que les autres techniques, se voit capable de jouer une note particulière, si importante au cinéma : le rêve.

Si de nombreux réalisateurs explorent les univers oniriques avec le dessin, il existe un maître dans le domaine, un grand explorateur de la conscience : Satoshi Kon.

La carrière de l’artiste japonais fut courte. Décédé en 2010 à l’âge de 46 ans, le pionnier n’a laissé derrière lui que quatre longs-métrages. Mais chacune des ses œuvres, si denses qu’on pourrait en discourir pendant des heures, est unique en son genre.

Si Perfect Blue, Millenium Actress et Tokyo Godfathers sont des chef-d’œuvres, le film dont nous allons parler figure en tête de liste. Il s’agit de Paprika, dernière œuvre du maître datant de 2006.

Dans un monde contemporain, un génial inventeur du nom de Tokita a créé une machine révolutionnaire, qui permet de voyager dans les rêves des gens. Mais très vite, cette technologie, appelée le « DC mini », est volée. Le terroriste se met alors à voyager dans les rêves de tout le monde, semant terreur et dégâts sur son chemin.

Les mondes réels et oniriques sont bien séparés au début de Paprika. Ce constat ne dure pas très longtemps. Plus les héros avancent, plus le doute s’installe. Réalité ? Rêve ? Rien n’est moins sûr. Cette incertitude rappellera sans doute Inception de Christopher Nolan, sorti pourtant 4 ans plus tard.

paprika018
Comme pour ce dernier, on pourrait reprocher à
Paprika une certaine confusion. L’histoire n’est pas facile à appréhender. D’autant plus que le film est d’une densité certaine. Chaque plan a un sens, une raison d’être. Chaque ligne de dialogue est importante et chaque mot est analysable. L’œuvre est un casse-tête scénaristique, tant tout élément est en relation avec les autres. En bref, si on veut tout comprendre, il faut s’accrocher, ce qui est fatigant.

Mais tout saisir de Paprika, est-ce la bonne voie à suivre ? Difficile à savoir. L’œuvre parle de confusion, de vertige, de songe.

Il n’est pas nécessaire de tout comprendre à un rêve. On se contente de le vivre. C’est pareil avec le film. Sa véritable beauté n’est visible que si on se laisse bercer, en laissant la magie opérer.

Paprika avance en explorant le monde onirique des gens traumatisés, malades. On ne peut imaginer le talent créatif nécessaire pour illustrer de telles scènes, mais Kon y parvient avec brio. Il écrit et dessine les sensations abstraites et surréalistes. Il entre dans la tête de ses personnages comme avec un DC mini, et les anime à l’écran de manière époustouflante.

Son film est une expérience. Tout y est mis en place pour faire « voyager » le spectateur de manière spirituelle. Et sa principale qualité est le talent avec lequel les rêves sont illustrés.

paprika-width_1600_height_800_x_0_y_23
Lorsque le terroriste utilise le rêve d’un patient mégalomane pour déstabiliser les héros, c’est une immense parade surréaliste et puissante qui est affichée à l’écran. Ce cortège monstrueux écrase tout sur son passage.

Dans le pur esprit du film, la BO exceptionnelle qui décore Paprika est signée Susumu Hirasawa. La musique est puissante, rapide, étrange… onirique. Aucun artiste n’aurait mieux convenu. Chaque morceau est une perle de créativité, illustrant parfaitement l’essence du récit. L’équivalent d’un décors parfait pour des scènes déjà sublimées de talent graphique.

Paprika de Satoshi Kon est un pur chef-d’œuvre d’animation. Un bijou rare ayant saisi somptueusement les subtilités et codes de la technique animée. Chaque plan est un tableau voyageant au plus profond de la psyché des personnages.

Et si l’animation, outil complexe, est celle qui permet au mieux de jouer la musique du rêve, alors le cinéaste est un virtuose. Il illustre, tel le plus grand des compositeurs, la fine mélodie des songes.

Regarder Paprika, c’est se laisser embarquer dans un voyage à travers les mondes étranges, magnifiques et terrifiants de l’imagination humaine.

Raturix

Spread the love

Laisser un commentaire