Dead Dead Demon’s DeDeDeDe Destruction

DDDDDDDD_wallpaper_1920_1080
Dans un Japon contemporain, où une soucoupe extraterrestre flotte sans bouger au-dessus de Tokyo, depuis maintenant trois ans, Kadode, Oran et leurs amies continuent leurs vies normales de lycéennes et se préparent à passer leurs examens d’entrées à l’université.

La nouvelle série de Inio Asano, le maître derrière Bonne Nuit Punpun (2007-2013), représente une œuvre tout a fait typique d’un auteur ne surprenant pas ses fans.

Le dessin est toujours aussi magnifique, tout est photo-réaliste et extrêmement détaillé. Les objets, les maisons et surtout les quelques paysages que l’artiste nous montre sont à couper le souffle. Malgré cette patte hyper-détaillée, la marque de l’auteur peut décontenancer : les visages des personnages, eux, sont très simplifiés, ce qui permet de contempler des expressions plus vives et de reconnaître le caractère d’un personnage en un simple coup d’œil.

Le grand talent d’Asano est sa faculté à incorporer des morceaux de vérités et de sagesse qui vous feront réfléchir sur la société, au travers de discussions banales et mondaines entre des personnages contrastés. La plupart sont normaux mais interagissent avec une minorité de personnages haut en couleurs et cyniques. Citons un alien déguisé qui observe avec un œil innocent le quotidien de l’espèce humaine ou un membre d’une fratrie de quintuplés qui se démarque en s’habillant de manière gothique. Le personnage d’Oran est particulièrement réussi. C’est une jeune fille déjantée qui semble exprimer par sa voix toute les arrières pensées de son entourage.

Le ton léger employé durant une grande partie du récit n’est cependant pas là pour nous détourner du thème principal défini par une source de préoccupations quotidiennes pesant sur la vie de tout un chacun. Au contraire, les scènes sérieuses prennent bien plus de poids. Comme dans la vraie vie, les personnages passent leurs temps à rire, à se plaindre ou à plaisanter afin d’oublier les problèmes plus graves qui les dépassent. Lorsque cette façade est brisée, les émotions rendues sont ainsi bien plus efficaces.

Ce manga offre d’aussi beaux dessins que de belles réflexions. Parfait pour se relaxer et cogiter un peu, cette série en cours est aussi une bonne occasion de découvrir un grand anthropologue de la littérature nippone.

Pierre Reynders

Spread the love

Laisser un commentaire