Ces artistes qui ne déçoivent quasi jamais

Screenshot-2018-09-04-at-6.23.14-PM-1030x489

Thom Yorke

Malgré un album foutraque, nommé The Kings Of Limbs (2011) et produit avec Radiohead, et des projets solos très particuliers, Thom Yorke se place parmi les meilleurs compositeurs de
ces dernières années.

A la physionomie aussi mystique que ses morceaux, il reflète l’image d’un artiste ne connaissant le perfectionnisme, qu’une fois après l’avoir testé jusqu’à la moelle. Si ce constat semble abracadabrantesque, jetez une ouïe à son univers d’une rare mélancolie.

Engagé pour la bande son de la réadaptation cinématographique de Suspiria, j’ai hâte d’écouter ce qu’il nous a concocté, en dépit de mon mépris pour les films d’horreur.

 

 

King Krule

Archy Marshall fait office de semi-dieu sur jcclm. Pourtant, lorsque A New Place 2 Drawn (2015) est sorti, je n’avais pas accroché à ces sonorités proche d’un hip hop futuriste et ténébreux.
Il n’empêche que sous son pseudonyme King Krule, il joue sur un tout autre terrain :
celui de la pureté du jazz mêlée à son imaginaire artistique. Il ne se gênera pas à jouer avec des vagues d’échos, avec une reverb du feu de Dieu et avec des paroles abstraites.

Il porte haut et fort son message :

J’aime bien que les gens me détestent. Je m’adresse à tous les gens bizarres comme moi,
aux rebus de la société, aux déshérités, aux déclassés.

 

 

Mitski

Mitski représente l’une des plus belles voix de notre siècle. Basée à New York, cette jeune musicienne chante l’Amour sous tous ses traits. Son dernier album en date, Be The Cowboy (2018), synthétise ce qu’elle a réussi à faire de mieux : une musique à la frontière entre joie et tristesse. Synthé, guitare, et sons électroniques radicaux et bruts, permettent à l’auditeur de planer vers une autre dimension.

 

DRAMA

Spread the love

Laisser un commentaire