Honnêtes devant leur feuille

INTERVIEW ODEZENNE

Véritable phénomène de la scène musicale française, Odezenne a accepté sa première interview en Belgique avec jcclm. Au café liégeois du Reflektor et avant leur prestation, Jaco et Alix ont dédié leur temps à SilverDave et Drama.

Comment qualifier votre musique en quelques mots?

Alix : On n’a pas de qualificatif à donner pour notre musique parce que c’est comme si on allait tout de suite restreindre notre champ de la perception. Tout ce qu’on conseille de faire au gens, s’ils sont curieux, c’est de taper Odezenne sur Google et de regarder les liens sur leur propre écran et de se faire leur propre avis sur ce que l’on fait.

N’avez-vous pas l’impression d’avoir trouver
une signature sonore qui est vôtre avec l’album
Dolziger St. 2 ?

Jaco : Je pense que la signature sonore on l’a depuis le début dans nos têtes, dans ce que l’on veut faire. Après, accéder à ses envies, c’est souvent pas réalisable instantanément. Il faut travailler et mettre en place des choses. Mais là, l’identité commence vraiment à ressortir beaucoup plus clairement sur nos sons d’aujourd’hui, surtout du fait que ce soit que de la compo.

Alix : Pour prolonger un peu ce qu’il vient de dire, j’ai en tout cas l’impression que c’est l’album où l’on a le mieux réussi à se mélanger dans ce qu’on a à apporter au groupe, chacun, individuellement, que ce soit en terme d’influence et de textes. Donc, je sais pas si c’est une signature, c’est un peu pompeux le mot « signature ». C’est la meilleure tentative de disque qu’on ait sorti.

Drama : Ok. Santé.

(les verres clinquent)

15127325_10153851744185807_503291495_o

Y a-t-il un message qu’il faut retenir à la fin de l’écoute de cet album ?

Alix : Non je crois pas. Nous on l’a fait sans arrières pensées, c’est-à-dire sans filets. Sans même savoir ni où l’on voulait aller ni si on allait y arriver. Je crois que l’album est à prendre comme il est. Je pense que c’est un album qui peut s’écouter d’un trait dans l’ordre où on l’a écrit et enregistré.

Jaco : Du côté de l’auditeur, le message, les moments, les souvenirs s’inscrivent de manière assez personnelle sur un album. Tu ne peux gérer ça en te disant qu’il y a « un message » car personne ne va le percevoir tout à fait de la même façon. Même nous, entre membres du groupe, je pense qu’on ne le perçoit pas de la même manière.

Ce dernier album en date a été enregistré en Allemagne. Trouvez-vous qu’il y a une grande différence entre l’attention que l’on porte à la culture entre l’Allemagne et la France ?

Jaco : On sait pas parce qu’on a passé beaucoup de temps à bosser sur ce disque. On avait un studio h24, du coup on y restait assez régulièrement. Ça nous bouleverse pas vraiment que les gens fantasment sur Berlin parce que c’est pas non plus « un musée d’Art contemporain à ciel ouvert partout ». C’est plutôt très calme et très apaisant. J’ai pas trouvé de musique berlinoise spécifique mais dans tous les bars ils passent du bon son.

Alix : Moi j’ai trouvé que ce qui sautait aux yeux par rapport à la France, c’est que les bars passent du bon son, comme ici. En France, c’est un plus NRJ et d’autres radios qui sont diffusées. J’ai découvert plein de bons groupes français en Allemagne dont Jacno. C’est improbable, j’aurai du le connaitre depuis bien longtemps. Ce qui saute encore aux yeux, c’est le côté un peu calme des rues. C’est une sorte de grand village. J’ai l’impression que c’est assez chelou parce qu’en même temps, t’as une rigueur, genre il faut pas traverser au feu rouge, ce qui fait qu’il y a pas un côté libertaire, où tout le monde fait ce qu’il veut mais les églises par contre, sont touchées par les graffitis.

Jaco : C’est un super endroit. Maintenant, on ira pas jusqu’à dire que c’est la musique électronique berlinoise qui a influencé le disque. C’est plus la vie au jour le jour, le froid, le grand ciel blanc.

Les clips de « Novembre » et « Chimpanzé » sont réalisés comme des mini-documentaires résumant pour le premier, une manifestation tournant au vinaigre et pour le second, la crise migratoire. Êtes-vous de ceux qui croient que la musique peut changer du tout au tout les mentalités ?

Alix : Moi je sais pas si la musique peut changer du tout au tout. Mais il faut que noter qu’en ce moment, je m’aperçois qu’en écoutant pas mal de disques de mecs qui chantent en français, je me lève le matin avec une phrase dans la tête ou je fredonne tout d’un coup l’après-midi. Je me rends compte vraiment ces derniers temps que quand tu chantes, tu dis des trucs que les gens impriment donc forcément, sans penser que ça soit de grand changements fondamentaux, ça fait son chemin. Pour ce qui est des images, c’est pareil. Ces clips documentaires, qu’on a fait avec Jérôme, c’était pour recoller au réel et il se trouve que c’étaient des crises. Je pense en effet que ça peut faire son petit chemin.

Jaco : Je pense que la musique peut changer la vie de quelqu’un donc elle peut, quelque part, changer la face du monde puisque quelqu’un peut changer la face du monde. Mais je pense pas qu’il faille l’affaire pour ça.

Drama : Comment ça ?

Jaco : Il faut pas que tu te dises que tu vas faire des morceaux pour toucher quelqu’un qui va changer le monde ou pour changer le monde. Mais il est au moins possible que la musique puisse changer quelqu’un.

15133883_10153851744145807_768163889_o

Revenons à Dolziger St. 2, est-ce que l’on peut considérer la chanson
« Souffle le Vent » comme une ode à la vie ?

Jaco : Je sais pas du tout. C’est une chanson d’amour pour ma meuf mais qui dérive sur l’Amour en général.

Alix : Je vais peut-être mieux en parler que lui…

Jaco : Ouais, parce que j’ai du mal à parler de moi.

Alix : Autant il y a des morceaux qu’on chante et qu’on a écrit à deux, comme « Vodka », autant il y a « Souffle le Vent » que je n’ai pas du tout écris. Il y a des morceaux en gros, où on s’est invité respectivement. Le texte de « Souffle Le Vent » est arrivé comme ça et j’ai même pas voulu m’inviter dedans. Moi, en l’occurrence, c’est une chanson qui m’a touché presque d’une manière extérieure. Je sais pas si c’est effectivement une « ode à la vie » mais c’est un peu une espèce d’urgence, où il y a quelque chose à saisir. C’est sûr que c’est un baromètre où quand tu l’écoutes, soit t’es content, soit tu pleures. Ça dépend de si t’as fait de la merde ou pas dans ta vie. Tu vois ce que je veux dire ?

(rire)

Alix : Je ne sais pas tout exactement mais ça a un rapport avec la vie.

Drama : J’aime beaucoup les paroles.

Alix : Merci.

SilverDave : J’ai réécouté vos musiques ce matin, et je me disais que soit vous étiez cash et dégueulasses soit cash avec un petit coté sentimental et fragile. Fragile, non pas dans le sens péjoratif, mais plutôt doux, qui aime bien la vie, les femmes. Je me rends compte que parfois c’est assez crus.

Alix : Oui bien sûr. C’est aussi pour ça qu’on est parti à Berlin. L’idée c’était de se retrouver entre nous, à l’écart de tous les gens et de tout ce qui se fait. Et du coup, décrire au plus proche comme une photographie. Forcément, comme tout un chacun, ce qui nous touche d’abord dans la vie, ce sont les femmes et c’est aussi de temps en temps « la colère » mais encore « l’angoisse » ou « être heureux ».

Essayer d’être sans filets, c’est pas très évident. Il faut créer des conditions pour cela, en sachant que tu peux être sollicité assez souvent, ce qui te déconnecte du vivant.

Jaco : L’être humain a plusieurs facettes. On a par conséquent plusieurs facettes. On est pas foncièrement toujours dégueulasses, sentimentaux ou crus. C’est comme ça vient.

SilverDave : Justement. Il y a cette façon d’écrire qui est crue mais ça passe parce que c’est doux.

Alix : C’est peut-être pas si cru…

Jaco : Dans le fond, c’est pas si cru.

Alix : Il y a un côté « pas cuit » dans « cru ».

Jaco : Alors que c’est mijoté quand même.

SilverDave : C’est ça qui fait que ça devient de la poésie et que ça passe crème.

Alix : On essaye de « parler vrai » plus que « cru ». Je cogite pas pour essayer de dire quelque chose crument, j’essaye de le dire de façon vraie. C’est subjectif ce que je dis.

Jaco : Il y a un moment, certains disaient qu’on faisait du rap. On fait des chansons. Ce n’est pas une question de faire du rap ou autre, on s’en fout, on fait de la musique et pas de la menuiserie. C’est juste à écouter, t’appuies sur « play » et c’est tout.

Enlever l’attitude, c’est quelque part essayer d’être le plus honnête devant ta feuille. Ce n’est pas donner de mimiques, des si ou des la. Quand t’essayes d’écrire des textes un peu plus généraux que plein de gens peuvent écouter et que c’est indescriptible, si t’as encore l’attitude de te dire que tu n’es plus un rappeur mais un poète et que tu veux prendre l’attitude d’un poète, et bien t’as tout loupé. Il n’y a pas à chercher cela, ça viendra plus tard ou ça ne viendra jamais à toi. Ça ne viendra jamais. De toutes façons, on s’en fout. Ce qui compte c’est d’être le plus honnête devant ta feuille sans faire de démagogie. Dans le fond, on prend plein de textes de plein de gens et on est pas si dur que ça. Ni très cru ni très dur et de tout temps franchement.

SilverDave : Ok. Je réécouterai avec cette vision là.

Alix : Oui mais tu as le droit d’avoir ton approche.

SilverDave : C’est toujours cool d’écouter une musique avec des a priori, une approche, puis de la réécouter et de s’en faire une toute autre idée.

Jaco : C’est peut-être toi qui a raison. Moi j’ai souvent dit qu’on avait la tête dans le guidon.

15134098_10153851744245807_559777118_o

N’avez-vous jamais penser faire des projets solos, chacun de votre coté,
sans semer le chaos dans le groupe ?

Alix : Je pense que ça sèmerait le chaos parce qu’un groupe c’est un groupe. Fin, « semer le chaos » ça veut rien dire mais ça serait une véritable dislocation. J’ai même pas envie de faire de la musique tout seul, ça m’intéresse pas. Je ne pourrai pas. Je pourrais aller chercher des « beatmakers » mais à la base et jusqu’à maintenant, on se considère plus comme un groupe que comme un groupe de musique. On aurait pu ouvrir une pizzeria, un bar, une galerie, une bibliothèque, pourvu qu’on fasse des choses ensembles de manière imaginative et créative. C’est ça qui nous lie, et pas tellement la musique.

Jaco : Si on avait voulu faire de l’argent, on aurait clairement fait autre chose que de la musique. Ce n’est pas une histoire d’intérêts, ça serait juste moins bon de manière pragmatique.

Alix : Il est possible que ce soit faisable après la vie du groupe mais pas pendant.

Jaco : J’aurai pu partir en solo plein de fois parce que je cherche souvent pour l’inspiration, pour pouvoir amener le concentré dans le disque.

Alix : On est pas du genre à être dans trois groupes. Ça prend trop de temps !

Jaco : Une fois que t’as bien travaillé ton groupe, pourquoi essayer de partir en solo ? Pourquoi ne pas trouver un autre système, une autre aventure avec les mêmes gens pour aller autre part et faire autre chose ? Ça m’intéresse plus de faire autre chose accompagné de gens avec qui je suis, plutôt que de refaire la même chose avec d’autres gens.

Alix : C’est assez bizarre parce qu’au final personne ne fait vraiment la musique qu’il a envie de faire.

Jaco : Ouais mais la situation dans laquelle je me situe, me permet de faire la musique que je veux. On est dans ce casse-tête mais moi, quand je suis dans ma piaule et que je fais ma musique, je me préoccupe pas d’une quelconque carrière solo et du coup, je fais ce que je veux.

Alix : Absolument. Si j’étais tout seul, on ferait pas exactement ce que l’on fait maintenant. Mais en même temps, je suis encore plus content de découvrir des nouveautés dans notre groupe. Même moi parfois je découvre Odezenne et c’est cool.

Jaco : Je vais expliquer ce qu’Alix voulait dire par le fait que chacun ne fait pas la musique qu’il veut.
On fait tout pour le centre. Le centre c’est ce disque, c’est le sujet. Alix, Matia et moi, on va donner ce qu’il y a de mieux pour le sujet. Sans se la raconter, ce sujet va être magnifique pour nous. Ce sera toujours mieux que si chacun donne sa meilleure copie. C’est beaucoup de compromis de travailler à trois sur un même sujet parce que parfois, tu dois lever ou enfoncer un peu plus le pied pour que le sujet en lui-même soit en l’air. C’est comme Aimé Jacquet disait à Cantona : « Tu es le meilleur joueur mais l’équipe est meilleure sans toi. ». Humainement, sans démagogie, et dans ce qu’on vit comme amitié, ça te met à ta place parce que tu as vite fait la tête qui part, surtout dans ce que l’on fait. Ce n’est qu’une illusion. Hier, on a joué devant 1500 personnes à Paris, c’était la folie mais c’est un métier de forain. Après, on a pris la route, on est arrivé, on a déchargé. Il faut prendre en compte l’envers du décors et garder les pieds sur terre. Bref, soudé c’est mieux, tout seul…

T’es tout seul et quand t’as plus l’inspi, tu fais quoi ?! Faut bien manger.

Drama : Il y a bien Nekfeu qui arrive à faire de supers choses en solo.

Alix : Ouais mais on ne fait pas du tout la même vie. Il y a une différence. Nous on est vraiment dans une optique de groupe. On n’est pas dans la « punchline », les performances textuelles, les attitudes. Je dis pas que ce que l’on fait est mieux, c’est juste qu’on serait pas épanoui dans ce que je viens de citer. J’aurai aucun épanouissent personnel à essayer de développer une carrière solo. Rien que d’y penser, ça me fait chier. C’est limite si je me bats pas chaque matin pour qu’Odezenne puisse être diffusé. C’est peut-être plus pour faire plaisir à mes potes comme eux aussi peuvent le faire. On fait les choses pour les autres, c’est vraiment une autre approche. Il n’y a rien d’autocentré là-dedans.

Drama : C’est beau…

Alix : Ah mais attention, je suis même pas en train de te dire que c’est beau. C’est juste comme ça.

Jaco : C’est comme ça et un dollar c’est un dollar. On est sur le qui-vive, on regarde tout et elle est là la différence avec Nekfeu, c’est qu’il n’est plus à un dollar près. T’es entre nous, t’es là… On est dans le bunker.

(rire)

A quoi on doit s’attendre pour le prochain album ?

Jaco : Peut-être rien.

(rire)

Drama : « Rien » c’est déjà…

Jaco : Peut-être que dalle alors.

Drama : Aaaah ok.

Jaco : Nan mais il faut déjà que ça vienne et que ça nous plaise. Déjà on va d’abord se reposer et finir la tournée. Là ce qu’on fait c’est l’équivalent de 3 ans de marathon en sprint et il faut se reposer un peu. Il faut dépresser le citron.

Alix : C’est vrai qu’on met tous ce qu’on a pour chaque disque sans se dire qu’il y aura une suite, ce qui fait que c’est compliqué de parler d’une suite. Je ne veux pas faire d’effet d’annonce en disant que Dolziger est notre dernier album mais en même temps, si plus rien ne se fera par après, ça sera le dernier.

Drama : Il y a pourtant « Matin » qui est sorti.

Alix : « Matin » c’est autre chose. C’est la réalisation de son clip documentaire qui nous a poussé à sortir cet inédit. On avait décider de pas mettre cette chanson dans l’album parce que ça collait pas à l’esthétique de Dolziger mais c’était aussi un morceau qu’on aimait bien. Il a trouvé des images, ça a « matché » tout seul. On a pas sorti « Matin » pour teaser un album. C’est vraiment pas ça le délire.

Jaco : Je pense qu’on a sorti Dolziger il y a tout juste un an. Ça se digère, ça se défend. Pour l’instant on a rien.

On a l’intermittence.

15182582_10153851744255807_1799957584_o

DRAMA

Interview faite le 18/11/16.

Photo : SilverDave (prises à leur concert, au Reflektor, le 18/11/16).

Spread the love

Laisser un commentaire