Musiques

jw2

L’équilibre de Jack White

Jack White sort des sentiers battus depuis quelques années. Il assume une posture de géant du blues contemporain. Ses deux premiers albums demeurent très accessibles. Puis, advient un jet très expérimental, voire trop foireux. Boarding House Reach mêle un foutoir impossible à retenir. L’opus est au carrefour entre hip hop, rock, sonorités de science-fiction…
Heureusement, Jacques commence à contrôler ses désirs de surprendre. La ballade If I Die Tomorrow illustre le point d’équilibre de l’artiste. On s’éloigne des lubies artistiques. On s’approche d’un morceau folk, au mixage policé.
Continuer la lecture

dac 666

LA DURE A CUIRE #66

Kwoon

Sandy Lavallard, nomade et aventurier, voyage seul. Jusqu’aux premières notes du moins, car c’est alors qu’il nous invite parmi les rochers inquiétants du phare hanté de Tévennec. Le voyage ne s’arrête pas là : cette valse battant au rythme des vagues versatiles se matérialise en une vidéo narrative et virevoltante. Sa fluidité entre air et eau fait presque oublier que la plasticine utilisée colle trop aux doigts que pour accompagner une musique si aérienne.

Marble

Marble ne sont pas aussi sphériques et compacts que le suggère leur nom. Leur premier single Myth, en référence au mythe de Sisyphe; cherche sa personnalité parmi des influences s’annulant parfois les unes les autres dont la résultante est une indie pop/rock catchy, simple et efficace. A la complexité du discours sur l’œuvre se heurte une simplicité solaire musicale, visuelle et lyrique. Elle n’a finalement rien à envier aux prises de tête intellectuelles annoncées par le groupe. Less is more.

Clipperton

Même au beau milieu d’un décor excentrique, la sobriété lumineuse de Clipperton attire instantanément le regard et l’oreille. Pour leur live session intimiste, le trio est accompagné d’une claviériste chanteuse dont les harmonies confirment l’élégante limpidité des compositions.
Clipperton interprète humblement et justement (à tous les sens du terme) 4 titres pop mais mélancoliques, dont Abyss sorti il y a quelques mois.

Elena Lacroix
Notre playlist Spotify

lacy final

Quel est l’album de cet été ?

Quel album symbolise cet été ? La question semble ridicule. Il n’est pas question de réduire une œuvre à une saison. En tant que mélomane, je veux tomber sur les berceuses de mes jours ensoleillés. Sur les routes italiennes, une évidence me vint à l’esprit. Un mec sort du lot et défonce mes oreilles en sueur. Pourtant, la concurrence fut rude. Cet été, plusieurs artistes peuvent aisément envahir l’inconscient collectif. Miles Kane pour son côté Lennon énervé sur Change the Show. Ou Mr. Oizo et son dernier opus italo-funky-rap. Un garçon plus jeune encore remporte ma palme estivale : Steve Lacy. Continuer la lecture

france été

L’été en France

A quoi ressemble un été en France ? Les politicards profiteront des vacances pour légiférer les pires lois. La canicule asséchera les citadins, tout comme les rats des villes.

Heureusement, la musique, cure des Dieux, rappelle à quel point la France regorge de talents. S’impose alors une obligation : partager une playlist éclectique pour danser, chanter et planer. Optons pour des artistes contemporains attirant notre curiosité. Le retour rock poétique de Mademoiselle K. La richesse instrumentale de Groundation. La fougue composée par Dégage. Ou l’electro d’opéra propre à Superpoze. Bonne écoute. Bonnes vacances ! Continuer la lecture

auck

Aucklane au cœur de la nuit

Sombre. Puissant. Cru. Rebelle. Jouissif. Nightfall, premier EP d’Aucklane, se définit ainsi, et bien plus encore. En tant que fan de Kaleo (mais si, le groupe islandais en première partie des Rolling Stones cet été à Bruxelles !), je ne peux que m’extasier devant ces cinq titres.
Une atmosphère pesante, mais pas lourde, des guitares ultra présentes, mais sublimant la voix de la chanteuse, voici le combo parfait.
Continuer la lecture

sonicinsomnia2

Sonic Tides et l’insomnie

L’insomnie. Un thème analysé pour la troisième fois. D’abord, lors d’une interview avec Good Morning TV. Qu’apprenait-on ? Les insomniaques demeurent très créatifs, même lorsque leurs yeux défient le sommeil. Ensuite, nous nous penchions sur le manga Insomniaques, ou comment la solitude nocturne est bannie à deux. Dernièrement, Sonic Tides signe son retour en illustrant les affres de la nuit. « Insomnia » ne s’éloigne pas de leurs précédentes productions. Les guitares sont à l’honneur. L’ambiance est garage grunge. Les Liégeois offrent une généreuse expérience dépassant les six minutes.
Continuer la lecture

lomepal3

Lomepal : exit urbi

Lomepal n’est plus à ranger dans la case rap. Le fan des Strokes annonçait déjà la volonté d’insuffler du rock à son prochain album. Cette envie s’écoute et se comprend à l’arrivée de « Tee ». L’ombre d’une guitare règne en première partie du morceau. A sa conclusion, deux grattes bercent les auditeurs. Laissons de côté ces mélodies. Il est temps de se focaliser sur l’imaginaire de son nouveau clip. Il fascine mes yeux. Continuer la lecture

brns reflektor

BRNS au Reflektor

L’idéal après un accident de bagnole est d’y survivre. Après ma mésaventure campagnarde, me voici au Reflektor. Je suis prêt à écouter les rythmiques de BRNS. Sans oublier leurs parties vocales, leurs transitions sonores et leur messes extraterrestres. BRNS réunit bel et bien ces composantes. Celluloid Swamp, leur dernier album en date, illustre à nouveau une envie d’innover, quitte à se détacher de la scène rock ! Ce soir, je ne voulais pas être déçu.
Le quatuor est-il aussi efficace en concert qu’en studio ? Affirmatif.
Continuer la lecture