Musiques

ussar3

L’étendard d’UssaR

Pensiez-vous vraiment en terminer avec mon discours sur l’amour ? Le thème est de nouveau sous vos yeux, tant il semble de plus en plus nécessaire d’écouter des paroles amoureuses. Ca ne vient pas de moi. Certains artistes honorent encore la chanson française. UssaR dévoile son intimité via sa voix grave, sa délicatesse au piano. L’artiste confirme l’arrivée de son nouvel album, début janvier. Découvrons son univers à la fois sincère et accrocheur.

Le ton est donné lorsque le titre 6 milliards arrive à nos oreilles. UssaR ne cache pas une fatalité propre au sentiment amoureux. Plus on aime, plus on prend des risques. Lesquels ? Vivre une rupture, le manque viscéral, les maladroits désaccords, le chantage affectif, et j’en passe !
Le chanteur est comparable aux romantiques du XIXe siècle.

L’amour romantique est une maladie de l’âme car la passion qui l’anime résonne avec souffrance. Véritable aliénation, la passion reste cependant préférable à toute forme de compromis pour les romantiques. -La conférencière Catherine de Laborderie

N’imaginez pas les morceaux du jeune francophone comme ultra déprimants. L’écriture du parolier est très accrocheuse. La sève d’un Souchon ou d’un Berger est cette capacité à exposer la beauté des petits rien de la vie. UssaR le comprend. Que sa passion continue de l’enflammer !

J’aimerais seulement m’endormir. Ma tête sur ta robe noire. Comme un enfant dans un sourire. Quand lève le vent, notre étendard. -UssaR

DRAMA – photo ©Jeanne Lula Chauveau

dac 75

LA DURE A CUIRE #75

Horsegirl – Versions of Modern Performance

Petit rattrapage 2022. Grâce à la chaine Tangerine, j’ai pu jeter mes oreilles sur les trois Américaines, Horsegirl. Leurs voix s’emmêlent avec brio. Les guitares saturent juste ce qu’il faut, rendant les mélodies accessibles à tout le monde. Horsegirl séduit tant par son chant blasé, que par son jeu simple et efficace.

Mademoiselle K – Mademoiselle K

L’album éponyme de Mademoiselle K transmet le sourire. L’artiste s’inspire de thèmes plutôt universels : solitude, confinement, sexualité. Même si elles semblent sombres, ces thématiques traduisent une poésie décomplexée et admirable.

Grandma’s Ashes – This Too Shall Pass

Grandma’s Ashes livre via Aside une mélodie entêtante. Le refrain se fait désirer. La voix vogue entre accalmie et rage. Il ne manque plus qu’au trio féminin de virer opéra rock, façon Muse… soit je délire, soit la bande pourrait s’y coller parfaitement !

DRAMA – Votre playlist Spotify

sun

L’Amour est le Message

Haïr est plus facile qu’aimer. Des mots que prononceraient les grands révoltés du système. Une pensée que brandirait les rejetés de notre société. Nulle envie de jouer les prêtres du dimanche… rappelons juste que certains décérébrés préfèrent nous voir ignorants et soumis, plutôt que cultivés et curieux.

Chaque année, je vis le mois de janvier comme une mélancolique période. Le 7 janvier symbolise l’anniversaire de la personne que j’aimais le plus au monde. Mais pas que. La date est un tragique évènement : l’attentat contre Charlie Hebdo.
Quel est le rapport entre JCCLM et le journal français ?! Charlie Hebdo pratique la satyre depuis 1970. Vous méfiez-vous des médias dits traditionnels ? Je vous conseille la lecture pertinente de ce papier porté par des caricaturistes. Une fois mes yeux posés sur l’hebdomadaire, ma joie éclate de mille feux. JCCLM se veut aussi pointu, réfléchi, culotté que Charlie Hebdo. Même si nous souhaitons nous éloigner des affaires politiques, force est de constater que tout est politique. Détruire une œuvre est un acte politique. S’affranchir de la politique est une démarche politique.

Un-extrait-de-Dessiner-encore-la-BD-de-Coco-985023

Dessiner encore – Coco

Un désaccord est une affaire politisée… nous le constations en 2015. Une page se tourne à tout jamais. Les frères Kouachi entrent dans les locaux du journal et assassinent 12 personnes. A l’époque, j’étais adolescent. Je ne connaissais rien de l’hebdo. Aujourd’hui, plus je pense à cette tragédie, plus j’en suis choqué. La dessinatrice Coco, rescapée de la fusillade, témoigne à cœur ouvert dans un numéro du Vif (avril 2021).

Cet attentat est une charge, qui pèse sur notre insouciance, mais il aurait tué l’insouciance dans n’importe quelle rédaction, dans n’importe quelle équipe.

Je ne veux pas être pessimiste. Je n’imagine pas Charlie Hebdo à feu et à sang. Nous pouvons à tout moment contrer cette avancée des haineux. La rage ne l’emportera pas. Je désire ouvrir l’année via un article rempli d’espoir. L’espoir de ne plus s’attaquer à l’art. Le désir de réfléchir collectivement sans massacre. Un tel 7 janvier ne doit plus advenir. La France était en deuil, tout comme celles et ceux qui souhaitent lire et rire… Charlie Hebdo illustre avant tout des dessins, et non un tract malveillant. Ne soyons pas responsables de barbaries au nom d’une croyance. Nos convictions doivent être ébranlées. Qu’y a-t-il à gagner, lorsqu’on impose une et une seule vision de la réalité ?

Au oui, mais vous l’avez un peu cherché, avec vos dessins que l’on nous oppose, je réponds qu’au Bataclan, il n’y avait pas de dessinateurs, dans le métro de Bruxelles non plus, à la basilique de Nice non plus. -Coco

DRAMA – texte et photo

clips2022

LES MEILLEURS CLIPS 2022

Les membres de votre webzine préféré font une pause. Avant de relancer la machine, il fallait partager certaines merveilles. A savoir, les meilleurs clips de l’An passé ! 50 vidéos furent choisies. On y retrouve entre autres Eosine, Idles, Arctic Monkeys, Onha, Kendrick Lamar, The Smile, Mademoiselle K, Pomme, The Black Angels, Alice Martin et leur grande créativité.
Animation, acteurs réels, art abstrait, tout y passe ! Que vos yeux s’enchantent.

DRAMA
Illustration ©Lunatic

topflopalbums1

TOP/FLOP ALBUMS 2022

Les années covid sont derrière nous ! Enfin, nous pouvons savourer la paix, la liberté, les excès en tous genres… Très vite, 2022 rappelle la réalité physique que derrière chaque vague, se cache souvent une plus haute.
Certains ont pris le temps d’optimiser leur technique de surf, car pourquoi faire autrement quand ça a toujours fonctionné ? D’autres se concertent, s’associent de manière parfois inattendue, innovent. La musique de 2022 contraste dans le rapport à l’identité. Pour être nous mêmes, doit-on évoluer radicalement, innover et tenter de surfer la vague avec un nouveau catamaran supersonique ? Ou doit-on rester fidèle à ce qui a fait un jour notre identité ? En 2022, pas de demi mesure, personne n’a pensé à s’acheter simplement une nouvelle planche de surf… et les extrêmes dans leurs deux asymptotes, ça passe ou ça casse

The Smile n’est pas un sourire de béatitude. C’est celui d’une personne qui nous ment, tous les jours, comme l’exprimait leur chanteur Thom Yorke. Cette subtilité, cette nuance d’angoisse colore chaque morceau. Jamais de noir, jamais de blanc (sauf dans le clip merveilleusement glauque de Thin Thing). The Smile est une nouvelle formation qui existe indépendamment de Radiohead, étiquette tatouée par certains sur le front des musiciens. Les parties de la somme ont fait preuve dans ce projet tant d’authenticité que d’expérimentation, d’ailleurs habituelle à ces virtuoses alchimistes.
Quant à Fontaines D.C., ils présentent en ce début d’année Skinty Fia, dont les mises en goût ont été efficaces et juste assez innovantes. Les singles Jackie Down The Line et I Love You ont tout ce qu’il faut à un morceau pour devenir un hit : un refrain entêtant, des premières secondes instantanément reconnaissables et quelques riffs à chaque instrument qu’on attend systématiquement lorsqu’on lance le morceau. L’appétit suscité par ces délicieux avant-goûts a été pleinement rassasié à la découverte de l’album. Les morceaux se suivent et ne se ressemblent pas. Tant par l’inattendu que par la cohérence, cette unité surprend et garde en haleine : au fil de ces 10 morceaux, on finit par nous-mêmes s’indigner au rythme des paroles revendicatrices et dévouées de Grian Chatten. Skinty Fia est équilibré au beau milieu d’une cuvée 2022 justement et fortement tiraillée dans les extrêmes.

Petite note concernant le terme flop : il n’est pas question ici d’albums n’ayant pas généré suffisamment de streams par rapport aux moyennes de l’artiste, ni d’ailleurs d’une moyenne des notes récoltées sur d’autres médias de critique musicale. Cette catégorie devrait ainsi n’avoir que relativement la connotation négative, car la notion de flop se rapporte aux attentes depuis des singles prometteurs, au suspens attisé par les artistes, qui ont, à mon sens, éclos de façon anti-climatique. Pétard juste un petit peu plus mouillé que prévu. J’appellerai donc cette catégorie « pétard légèrement humide ». Petit déchirement myocardique en pensant à The Haunted Youth, qui a évidé son premier album de tous les morceaux phares avant le jour, souvent assez symbolique, de la sortie d’un premier opus. Ces flops sont donc à mon sens fortement inégaux en leur sein et méritent clairement une oreille en raison des merveilles spoilées qu’ils contiennent !
Enfin, les yeux les plus attentifs auront remarqué
le paradoxe Once Twice Melody. Ne pas placer Beach House au plus haut d’un top paraît indigne de la fan de dreampop que je suis ! Cette combinaison de 4 EP, sortis au compte goutte durant l’hiver dernier, semble avoir visé la quantité plutôt que la qualité sur le long cours. Une distillation de ce 18 titres aurait produit sans aucun doute un album digne des plus cultes du légendaire groupe de dreampop américain. –Elena Lacroix

TOP 10

1. Skinty Fia – Fontaines D.C.

2. A Light for Attraction Attention – The Smile

3. Park – Park

4. Ants From Up There  – Black Country, New Road

5. Winding Whispers – Condore

6. A Murmur, Boundless to the East – Yoo Doo Right

7. Laminated Denim  – King Gizzard & The Lizard Wizard

8. Once Twice Melody – Beach House

9. LIMPORTANCEDUVIDE – Jacques

10. Emerald Sea – Sound Or Ceres

FLOP 5

1. The Car – Arctic Monkeys

2. Pre Pleasure – Julia Jacklin

3. Once Twice Melody – Beach House

4. The Haunted Youth – Dawn of the Freak

5. Kowari – The Trail

L’exercice devient de plus en plus difficile à accomplir. Classer les albums du pire au meilleur est trop complexe cette année. Comme si plusieurs artistes respiraient enfin après deux années étouffantes. Jovanotti nous fait oublier la périod covid, où nos dirigeants nous obligeaient à ne plus vivre. Arcade Fire conçoit l’album le plus propre, s’écoutant le mieux d’une traite. The Smile est une expérience à part, tant ses membres réunissent afrobeat et ambiance shamanique. Quant à Arctic Monkeys, quelle évolution ! Loin de leur minimaliste AM, la bande accompagne des violons envoutants et enivrants via The Car.

Moult artistes méritent bel et bien la médaille d’or. Pourquoi poser Verdena en première place !? Les musiciens annonçaient déjà un retour extraordinaire à la sortie de America Latina, une bande son composée pour des cinéastes. Ils pondent ensuite de nouveaux titres pour un album plus qu’attendu, après 7 ans d’absence. Une évidence frappe aux oreilles. Par rapport à d’autres projets de l’An, leurs mélodies me ressemblent le plus ! Comment diantre une musique peut s’assimiler à une personnalité ? C’est très simple Jamy. Volevo Magia sonne comme une tuerie écoutée durant mon enfance et adolescence. Les sensations sont nombreuses : planer, détruire, danser. Ces mêmes sensations désirées lorsque je me rends à un concert.

Verdena plaira à divers auditeurs. Celles et ceux sensibles aux arrangements rappelant les disques des Beatles. Sans oublier, les passionnés de rock et les amoureux de l’effet distorsion. Même si ses membres sont désormais de vieux adultes, le groupe italien ne perd rien de son énergie. Une force se traduisant aussi comme accalmie. Certi Magazine et Nei Rami signent mes nuits rêveuses. Ces morceaux me guident vers un ciel étoilé. Des cieux plus intéressants que des fans de Coupe du monde, de vaccins tout terrain, de… pouvoir. –DRAMA

TOP 10

1. Volevo Magia – Verdena

2. WE – Arcade Fire

3. A Light for Attraction Attention – The Smile

4. Il Disco del Sole – Jovanotti

5. The Car – Arctic Monkeys

6. Fréquence Violence – Pogo Car Crash Control

7. Gemini Rights – Steve Lacy

8. II – Dead Cross

9. <COPINGMECHANISM> – Willow

10. Change the Show – Miles Kane

TOP 5

1. TPA – Roméo Elvis

2. The Mars Volta – The Mars Volta

3. SZR 2001 – S-Crew

4. Alpha Zulu – Phoenix

5. The Other Side of Make-Believe – Interpol

Illustration ©Antoine Wathelet

dac 746

LA DURE A CUIRE #74

Pogo Car Crash Control – Fréquence Violence

Reste sage est le morceau que j’écoute le plus cette année, paraît-il. Comment le prouver ? Spotify déballe ses chiffres (c’est aussi une réalité). Dès lors, partageons le double clip de Pogo Car Crash Control pour fêter ce fait d’importance musicale !

Bad Situation – Electrify Me

Dealer 2 Metal est un vidéaste qui s’implique à fond. Il ne se limite pas à parler rock sur Youtube, il en joue ! Son duo Bad Situation sort un premier EP. Même si les passages vocaux, très « boys bands », des chansons ne donnent pas envie d’écouter l’opus, les titres dégagent une foutue énergie… parfois ça suffit amplement.

Mr. Bungle – The Raging Wrath of the Easter Bunny Demo

Deux ans après la sortie du quatrième album de Mr. Bungle, que reste-t-il ? Un live gratuit partagé pour petits et grands. Des oreilles en miettes. Une envie de détruire.

JOI – Mk I

JOI est un duo rock d’Annecy. En juin dernier, les musiciens sortent un EP calibré pour la scène. On sent déjà la sueur des mélomanes. On voit déjà les doigts écorchés du bassiste, tout comme la rigueur et précision du batteur. Quant au premier titre du mini-album, Edges, il embarque directement les auditeurs dans une aventure rock.
Le bilan ? Deux instruments règnent via des morceaux fins et bourrins.

MÖBIUS 99 – MÖBIUS A

Nous étions un peu tous en train de terminer nos études et faisions face à beaucoup d’anxiété : la crise environnementale, l’isolement social du confinement, devoir trouver un travail, changer de vie, etc. Alors, nous nous sommes réunis pour créer et faire sortir tout ça de nous. On voulait un peu se lâcher ! -Lucille, chanteuse et claviériste de Möbius 99

DRAMA
Votre playlist Spotify

pp

Porcupine Tree / Phoenix

Porcupine Tree – CLOSURE / CONTINUATION

Quelle mission respecter à l’écoute des nouveaux albums sur le marché actuel ? Dois-je aimer chaque tube passé en radio ? Dois-je lécher les artistes anglais car ce sont souvent les meilleurs sur la scène musicale ? Niet.
Je recherche la surprise. Mes vœux sont exaucés grâce à Porcupine Tree ! Prog, rock, metal et tutti quanti, nombreuses sont les étiquettes posées sur le groupe.

Aujourd’hui, CLOSURE / CONTINUATION sonne comme leur dernier album. De mon côté, je découvre ces artisans du sound design via cette production. L’opus ne me charme pas instantanément. Mais avouons qu’il n’y qu’à écouter le bassiste et le batteur pour comprendre la maestria de l’œuvre. Je devais dévoiler la raison qui fait de ce groupe une perle rare parmi les perles.

Au 21e siècle, il est évident que nous sommes dans une ère électronique, où la guitare est mise au second plan. Ce qui nous ramène à Walk the Plank qui illustre bien mon désintérêt pour la guitare. (…) si je devais résumer ma pensée, je dirais qu’il est très difficile pour moi, et même pour la grande majorité des guitaristes, de prendre une gratte et se dire Wow, je n’ai jamais entendu ça de ma vie !, à moins d’utiliser une tonne de technologie pour trafiquer le son. Tout a déjà été fait un millier de fois. En revanche, si tu prends un synthétiseur ou un logiciel, tu peux encore créer des sons inédits. -Steven Wilson, guitariste, bassiste, claviériste et chanteur de Porcupine Tree (New Noise Magazine n°63)

Phoenix – Alpha Zulu

Ouh. Ah. Phoenix et son retour sans fracas. Précisons un fait. J’adore la quasi totalité de leurs morceaux. Wolfgang Amadeus Phoenix fait d’ailleurs partie de mes albums préférés. Une curiosité s’enflamme donc à la vue de leur nom. Néanmoins, force est de constater que les membres ne proposent plus rien de frais.

Alpha Zulu sonne comme une mauvaise repompe des sonorités propres aux derniers albums, sans aucune plus value. The Only One répète sans cesse une phrase insupportable. Winter Solstice ne décolle jamais. Tonight est entrainant mais les adjectifs s’arrêtent là.
Lomepal l’annonçait, la Ville Lumière repose sur ses lauriers. Les Versaillais semblent faire de même…

DRAMA

dac 73

LA DURE A CUIRE #73

Metallica – 72 Seasons

Qui désire lire mon avis à chaud sur le nouveau tube de Metallica ? Les gaillards font leur retour et la fougue de James Hetfield défonce encore des amplis. Rien de neuf sous le Soleil, même si la bande attise ma curiosité.

The Murder Capital – Gigi’s Recovery

The Murder Capital dégage une aura malsaine. Elle m’attire (c’est bon signe). Elle donne envie de découvrir leurs morceaux encore et toujours. Ethel semble tenir en haleine mais demeure avant tout, un single fort, brut et dont la mélodie demeure entêtante.

Johnnie Carwash – Teenage Ends

Notre album Teenage Ends parle de la vie de tous les jours, d’amitié, de rupture, d’amour…
On s’inspire des choses du quotidien. S’il y a un fil rouge, ça serait guitare-basse-batterie, nous trois, l’amitié, le partage et le fun !
-Johnnie Carwash

Satchel Hart

Le morceau est important à mes yeux parce que ça parle de poulet. Quand j’étais petit, j’avais peur du cri du coq, mais pas du coq en lui-même. Tous les matins, je me réveillais en chialant. J’ai décidé d’écrire une chanson dessus pour ne plus avoir peur.
Ça a l’air con comme ça, mais c’est vrai.
-Satchel Hart

DRAMA
Votre playlist Spotify

bj

The Bobby Lees / Johnnie Carwash

The Bobby Lees – Bellevue

De nouveaux jeunes du label Ipecac défoncent les amplis. The Bobby Lees propose un rock brut, sans censurer un pamphlet ou l’autre. Porté par une chanteuse aussi zinzin qu’un poussin trop près du Soleil, le groupe se focalise sur un jeu rapide et rageur.

Compte tenue de leur énergie, Bellevue est une réussite. Dès la première chanson de l’album, leur musique attise ma curiosité et je souhaite en découvrir davantage. Puis, les clips de la bande reflètent leur autodérision et leur force de frappe. A l’image de Sam Quartin près de son cochon au dernier clip en date, me voici sale et rempli d’une sauvage envie de crier.

Mention honorable à Greta Van Fake, un titre qui se moque enfin des membres de Greta Van Fleet. Ces derniers sont une arnaque industrielle. Merci pour la poilade.

Je pense qu’il est bon de rester fidèle à soi-même par tous les moyens nécessaires et de faire seulement ce qui semble juste. Je pense que vous allez vous faire un ennemi ou deux en vivant ainsi. Cela m’est arrivé, sans aucun doute.
Il m’a fallu un certain temps pour avoir le courage et l’amour-propre de m’y tenir, et accepter le fait que tout le monde ne m’aime pas, ne me comprenne pas.
Sam Quartin

Johnnie Carwash – Teenage Ends

Les Pixies vous manquent ? Pas moi. Ces dinosaures font désormais pitié à entendre, tant ils ne composent plus de vraies propositions artistiques. Heureusement, ces musiciens ont laissé derrière eux un grand et beau héritage musical.

Plusieurs groupes capturent une simplicité instrumentale, où basse et chant sont honorés. Je pense à Priests, à Sorry ou bien à Johnnie Carwash. La bande pond un premier album qui plaira aux amateurs de rock cherchant tempête comme accalmie.
Un titre retient mon attention : Nothin’. Le morceau dégage une atmosphère adolescente via sa mélodie. D’ailleurs, son clip renforce cette impression. Comme si ses images me rappelaient qu’il n’y a rien de mieux que s’ennuyer, avant d’atteindre la vingtaine.

L’objectif de ce clip est de sublimer le morceau. C’est une chanson différente de tous les autres morceaux de l’album. On voulait la mettre en valeur dans une vidéo qui contraste avec nos autres clips DIY ou d’animations.
C’est Julien Peultier qui l’a réalisé. On l’a choisi parce que son identité visuelle collait parfaitement à l’ambiance mélancolique et contemplative que l’on recherchait. On n’a pas été déçus ! On n’a pas écrit Nothin’ avec un message en tête, c’est simplement un témoignage. Julien a créé une histoire qui raconte tous les détails qui nous tiennent à cœur et qui élargit même l’interprétation du morceau. Merci Juju !
-Johnnie Carwash

 DRAMA
wd

Willow / Sharko

Willow – <COPINGMECHANISM>

La fille de Will Smith ne met pas encore des claques aux présentateurs TV… mais plutôt à ses auditeurs. Le nouvel album de Willow est mixé comme une sucrerie pop et imaginé comme un pogo metaleux. Pour quel résultat ? Un opus propre, brutal, à écouter plusieurs fois.

L’énergie de ses compositions fait de l’écoute, une activité nullement ennuyeuse. Car la chanteuse sait construire de belles transitions douces puis enragées. Willow s’inscrit parmi ces artistes n’ayant point peur de jouer les possédées en pleine transe (ur a stranger en est la preuve). Ses performances vocales sont si fascinantes, qu’elle plairait à tout public. Du vieux réac’ qui décapsule des bières avec les dents, à cette fille bercée par Disney, mais chantant des versets sataniques sous la douche !
Puis, matez-moi la pochette de
<COPINGMECHANISM>. Nom de Zeus. Elle donne envie de jouer d’un instrument à tout moment de la journée.

Sharko – We Love You David

Sharko ne joue pas du rock de papa. Ne le comparons ni à Judas Priest, ni à Scorpions. Heureusement ! David Bartholomé ne frôle pas le kitsch, même si on le verrait bien s’adonner à des accords glam rock ou à des cris miaulant la tristesse.

We Love You David concentre ce que le musicien fait de mieux. Paroles décomplexées. Rock sans fioriture. Style direct et mélodieux. Ajoutez un grain de folie nous rappelant qu’il est victime du Syndrome de Peter Pan, et le cocktail est mémorable !

On était en plein confinement. Le fait de renouer avec l’autre m’animait. D’essayer de rejouer ensemble sans tricher.
C’est-à-dire que ce qu’on joue doit apparaître tel quel sur l’album. Donc, si on ne triche pas, on essaye de trouver les arrangements adéquats tout de suite.
David Bartholomé

DRAMA

dac 722

LA DURE A CUIRE #72

Red Hot Chili Peppers – The Return of the Dream Canteen

Et dire qu’un groupe comme les Red Hot Chili Peppers survit à travers le temps… pour quelles raisons ?! Ses musiciens talentueux. Son énergie à revendre. Unique bémol : le charabia pathétique chanté par Anthony Kiedis sur plusieurs morceaux du nouvel opus.

Opinion – Molly

Il y a quelques jours, l’album Molly fêtait ses 2 ans ! Opinion rappelle l’efficacité de l’œuvre plutôt généreuse (22 morceaux quand même), assez grunge et terriblement mémorable !

Brutus – Unison Life

Faut-il encenser une quelconque évolution musicale de Brutus ? Probablement pas. Malgré la voix fascinante de Stefanie Mannaerts, le groupe baigne toujours dans une homogénéité sonore poussant à croire que leurs nouvelles productions sonnent toujours comme les précédentes…

Ferielle – L’eau qui dort

Frais et agité, le morceau Face à face de Ferielle donne envie de griller les feux rouges. C’est bel et bien l’heure de danser. Les futures compositions de l’artiste vous y aideront !

DRAMA
Votre playlist Spotify

dac 71

LA DURE A CUIRE #71

Arctic Monkeys – The Car

Le nouvel album des Singes divise. The Car n’est pas la bande son d’un ascenseur poussiéreux d’un hôtel 5 étoiles. Mais plutôt l’incarnation de la classe musicale. Le compositeur Alex Turner épate à nouveau. Il puise du côté des Beatles et honore Ennio Morricone.

Eosine

Comme à son habitude Eosine soigne son imaginaire. Leur nouveau clip offre encore psychédélisme et accalmie. Un style musical commence vraiment à caractériser le quatuor liégeois…
quoi de plus prometteur pour la suite ?

Elder – Innate Passage

Lorsqu’un morceau stoner fait plus de 5 minutes, soit ça passe, soit ça casse.
Elder n’ennuie jamais via Endless Return.

Clayton Ravine – EP1

Réunissez les fans de Weezer ou de Nada Surf, ils aimeront Clayton Ravine. Le rock sympatoche de la bande est très appréciable.
A l’avenir, espérons qu’ils pourront se distinguer de leurs aînés.

DRAMA
Votre playlist Spotify