jack white2

Jack White sans artifice

Il y a quelques jours, Jack White a joué au Saturday Night Live. L’invité rend alors hommage à Eddie Van Halen. Il révèle utiliser une guitare offerte par le défunt.

La guitare a été conçue par Eddie. Eddie a été très bon avec moi, et il a veillé à ce que cette guitare soit faite pour moi selon mes spécifications.
Ce soir, je ne compte pas insulter le talent de cet homme en essayant de jouer une de ses chansons. Merci encore Eddie pour cette guitare et repose en paix, grand homme.
Jack White

La dédicace sur scène est réussie. Jack White y va franco avec peu de musiciens autour de lui. Ils délivrent des clins d’œil et une sacrée rage durant leurs prestations. Sur la fin de « Lazaretto », le guitariste nous balance du tapping, rappelant la magie de Van Halen. Mention honorable à ce batteur qui m’a fait éclaté de rire lorsqu’il se lève pour tabasser sa cymbale.

Puis, que dire de son interprétation de « Ball and Biscuit » ? Ce morceau fait partie de mes grands coups de cœur d’écoutes adolescentes. Ses notes de guitares pourraient être jouées à l’infini, tant l’improvisation s’y prête facilement et éternellement.

Depuis toujours, Jack White propose des projets dignes d’intérêt : The White Stripes, The Dead Weather et The Raconteurs. Rien que le troisième album de ces derniers résume à quel point il demeure un compositeur hors norme.

Quant au dernier opus de sa carrière solo, il fait tâche. Heureusement, les deux live du SNL prouvent qu’il est bien meilleur sans mille et une fioritures musicales. Certes, Boarding House Reach (2018) illustre une volonté d’expérimenter de nouvelles mélodies, sauf que les artifices ne prennent pas.

L’Américain est plus fascinant lorsqu’il revient aux origines de ce qu’il fait de mieux. The White Stripes n’était qu’un duo. Pourtant, leurs tubes honorent le blues. Pas besoin d’un orgue loufoque, de trois guitaristes ou de chœurs féminins.

Il y a toujours une noblesse à envoyer du lourd en étant peu sur scène.
Sur SNL, ils sont trois et font l’amour à leur instrument.

Grâce à ces deux extraits de concerts, Jack White démontre qu’il n’a rien perdu de sa créativité !

DRAMA
Photo ©Vibe Tickets

Spread the love

Laisser un commentaire