coldplay-everyday-life-album

Coldplay – Everyday Life

Coldplay revient avec un huitième album éminemment politique. Everyday Life se sépare en deux parties distinctes remplies de messages de paix : Sunrise et Sunset. Chris Martin et sa bande partent d’ailleurs en Jordanie, près de nombreuses terres de conflits, afin de présenter l’œuvre (un magnifique concert autour de ruines d’un autre temps).

La musique des Britanniques était morte à mes yeux après Viva la Vida or Death and All His Friends (2008). Suite à cet opus, nous n’avions plus droit qu’à une série de tubes pop sans charme. Plus aucune comparaison avec la délicatesse d’un Jeff Buckley. Nul plaisir à écouter des nappes de synthés n’ayant rien de novateur. Les fameux cris de Martin en devenaient même caricaturaux.
Autre péché mignon: ma préférence au Coldplay mélancolique à celui festif. Ces dernières années, ils participaient à un bonheur… Artificiel et mal branlé. Bien sûr, mes arguments sont plus que subjectifs. Leurs deux premiers albums ont bercé mon enfance. Une période de ma vie où l’émotion se glissait à mes oreilles via des chansons aux tristes compositions.

Mais avons-nous là un nouveau Coldplay ?

Il fallait attendre 2019 pour que le quatuor revienne aux bonnes vieilles sources. Piano et guitare sèche sont mis à l’honneur. Tout comme l’univers oriental, ayant énormément apporté à la musique dans sa globalité (rien que la guitare inventée par les Egyptiens).

Si certains se lasseront des mélodies de Everyday Life, je les encourage à l’écouter plusieurs fois. Histoire de saisir ce qui nous dépasse (« Guns »), l’incompréhensible haine des Hommes (« Trouble in Town »), ainsi que ces instants fédérateurs, où la musique devient l’arme du futur (« Arabesque »).
Certes, les paroles de Chris Martin semblent parfois mielleuses ou simplistes. Cependant, en ces temps de troubles politiques, de telles chansons sont plus que nécessaires. La démarche est intelligente. Oublions les sons trop électroniques et désincarnés des Londoniens. Ils gagnent en humanité grâce à leur pacifisme. Une lyrique d’autant plus attachée à une utilisation efficace de purs instruments: guitare, piano, saxophone, violons.

Difficile de savoir laquelle des deux parties l’emporte sur l’autre. Ce qui importe : un projet tenant la route, chapeauté par de très bons musiciens.

Comment conclure un article que je ne pensais jamais écrire ? Plusieurs hommages s’insèrent à Everyday Life. Choisissons le poème de Saadi Shirazi (1210-1291), Les Enfants d’Adam, prononcé dans « Bani Adam ». Des mots qui marquent l’esprit ad vitam æternam.

Les êtres humains sont membres d’un tout

Dans la création d’une essence et d’une âme

Si un membre souffre de douleur

Les autres membres inquiets resteront

Si vous n’avez aucune sympathie pour la douleur humaine

Le nom de l’homme vous ne pouvez le retenir

DRAMA
A Giovanna.

Spread the love

Laisser un commentaire